Dead like me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dead like me

Message  Le Docteur le Dim 18 Juil - 10:00


En 2003, Dead like me débarque sur la chaîne cablée Showtime qui a déjà accueilli des séries fantastiques (SG1, Poltergeist...pas des meilleures) et qui accueillera quelques années plus tard les Masters of Horror et Dexter. La série conte l'histoire de George (Ellen Muth, qui est née pour ce rôle), une jeune fille de 18 ans qui a abandonné ses études et dont la lucidité envers le monde qui l'entoure a éclipsé l'enthousiasme. Elle démarre sa vie active par un boulot à Happy Time, une agence de travail temporaire. Un vrai taf de merde qui ne durera pas très longtemps car à sa première pause, elle meurt écrasé par la cuvette des WC de la station Mir. Elle rencontre alors un homme, Rube, qui lui propose de se rendre à son enterrement. Là, il lui explique qu'elle est devenue une faucheuse d'âme. Elle doit récolter l'âme des futurs morts avant que la mort violente ne se produise et les guider vers leur paradis. Les faucheurs d'âme qui l'accompagneront (Betty, Mason et Roxy) sont autant de fonctionnaires qui travaillent pour une autorité supérieure et qui se voient charger de leur tâche quotidienne par les post-it que le Rube, équivalent du cadre intermédiaire, leur distribue.
Là voilà embarqué dans une tâche peu commune qui la rendra témoin de morts parfois cocasses, parfois capilotractées et parfois injuste (sa première mission touchera un enfant). Au départ réticente et réfractaire à l'autorité, la jeune fille devra se faire sa place dans ce nouveau monde où elle côtoie les vivants. Un monde d'autant plus difficile qu'elle n'a pas de rémunération, et qu'elle devra retourner à Happy Time pour pouvoir payer son loyer. Parallèllement, la série suit la vie de ses parents Clancy et Joy et de sa petite soeur Reggie.

George est morte à 18 ans, elle n'avait rien fait de sa vie et ce n'est qu'après sa mort qu'elle se retrouve tentée par tout ce qu'elle n'a pas vécu. La mort pour George est aussi un processus qui passe par son intégration dans la vie active, chose à laquelle elle ne peut plus couper, ayant été brutalement (c'est le cas de le dire) chassée de chez elle. George ne peut pas couper les ponts. Elle continue de rôder près de sa maison, essaye de parler à sa mère, offre des indices à sa soeur. La deuxième saison voit une George un peu plus assurée affronter sa vie après la mort avec nettement plus de punch. On peut en profiter pour mieux connaître les autres faucheurs et voir un peu plus loin les conséquences du deuil sur la famille de George.

Le premier gros point de cette série est son showrunner Bryan Fuller qui a bossé sur des franchises Star Trek (Deep Space Nine & Voyager) et la série Wonderfalls. C'est lui qui va installer l'univers de la série avant de se faire limoger au bout de cinq épisodes, laissant heureusement derrière lui une équipe efficace menée par Stephen Godchaux et qui fera évoluer la série dans la bonne direction. Le style de la série est un mélange astucieux entre humour noir, drame et imaginaire raccordé au réel. Si l'univers des faucheurs est fantasmagorique, c'est néanmoins avec un grand sens du réalisme que Fuller a représenté le monde (contrairement à Pushing Daisies, sa série qui suivra). George est la narratrice de ses aventures et elle pointe de manière caustique les travers des gens au quotidien. La description de ses tâches à Happy Time, les rapports humains décrits, la chaleur du lieu de rencontre (le Wafle Haus, meilleur restau de série depuis Twin Peaks) et le naturel des dialogues font rapidement oublier l'élément fantastique. Sans oublier une brochette de personnages/acteurs étonnants.


Rube
Le plus ancien des faucheurs et le supérieur, un peu le mentor. Il reçoit une liste des morts de la journée qu'il dispatche à son équipe sous forme de post-it (heure du décès, lieu, nom), le plus souvent au Wafle Haus. Rube aime manger et faire à manger, c'est un type affable, terre à terre mais qui a l'expérience nécessaire pour aider George à affronter sa situation difficile. A la barre le génial Mandy Patinkin (Chicago Hope et Esprits Criminels) qui a ici son plus beau rôle.

Betty
Interprétée par Rebecca Gayheart, la pétillante Betty n'aura le droit qu'à cinq épisodes avant de tirer sa révérence. Ce sera bien assez pour devenir inoubliable aux yeux de George qui finit par la considérer comme son amie. Une amie décalée qui n'a peur de rien et qui n'a pas peur de sauter dans l'inconnu.

Mason
Mason n'est pas très malin et le pourquoi de sa mort peut à lui seul en témoigner. Ayant grandi dans les années 60 en Angleterre, il s'est un peu trop épris de sexe, de drogues et de rock'n roll, à tel point que ses vices le rattrapent encore en tant que faucheur (surtout la drogue en fait). Ce punk je m'en foutiste total est néanmoins un personnage attachant, un beautiful loser de haute volée magistralement interprété par Callum Blue.

Roxy
Roxy est morte au début des années 80 dans des circonstances qui rappelleraient beaucoup de choses aux amateurs de Flashdance. Depuis elle ne sourit pas des masses. Il faut dire qu'en tant que contractuelle, c'est elle qui exerce le job le plus pourri du groupe, devant supporter à longueur de journée les plaintes des gens à qui elle file des PV. Heureusement sa situation va changer en saison 2. Pas mal en retrait par rapport aux autres, un personnage qui aurait gagné à être plus présent car Jasmine Guy dégage quelque chose.

Daisy
Ah! Daisy Adair! Arrivée dans le groupe suite au départ de Betty, Daisy a été mutée à cause d'une sombre affaire d'escroquerie au défunt. Morte durant le tournage d'Autant en emporte le vent, elle fut une actrice qui a sucé plus d'acteurs connus qu'elle n'a eu de grands rôles (si on met toutes ses confessions bout à bout, c'est impressionnant). Elle est magnifique et elle le sait. On découvre en saison 2 une Daisy plus torturée qui se tourne vers la religion pour oublier sa solitude. Toutes les scènes de Laura Harris sont les plus bouleversantes et les plus justes de la saison, laissant planer sur son personnage une sorte d'aura.

Difficile d'oublier La jeune Britt McKillip qui incarne Reggie, la petite soeur de George qui n'accepte pas sa mort, une gamine épatante de retenue. Cynthia Stevenson qui écope du rôle ingrat de la mère énervante mais qui arrive à apporter une grande épaisseur à son personnage. Egalement Delores Herbig, la chef de George à l'Agence, un personnage comique mais auquel la jeune fille finit par s'attacher et la mystérieuse Crystal, réceptionniste dans la même agence qui fait l'objet de nombreuses interrogations.
Dead Like Me fut stoppée au bout de deux saisons et 29 épisodes malgré une constance dans la qualité et l'originalité du show. Quelques années plus tard, un téléfilm "Life after death" sera tourné mais il n'arrivera pas à retrouver la qualité de l'ensemble, souffrant de l'absence de Mandy Patinkin et Laura Harris. Il reste cependant une rencontre émouvante entre George et une Reggie qui a bien grandi.
Si vous cherchez une série originale, émouvante, intelligente, parfaitement écrite et avec de vrais personnages, ne cherchez plus. Ces 29 épisodes sont faits pour vous.

_________________
avatar
Le Docteur
Gorgone Zola

Messages : 939
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 35
Localisation : L'université de l'Invisible

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dead like me

Message  Callahan le Dim 18 Juil - 23:42

C'est marrant, j'ai regardé les 3 ou 4 premiers épisodes sans accrocher. Néanmoins, j'ai laissé tomber avec l'impression que ce n'était pas le bon moment pour moi de voir cette série et la ferme intention de m'y remettre un jour ... Very Happy Very Happy

_________________
     
avatar
Callahan
Adminotaure

Messages : 580
Date d'inscription : 30/03/2010
Localisation : Dans ses chaussons

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum