Japansploitation

 :: 7ème Art :: Cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Japansploitation

Message  Mecha T. le Sam 16 Avr - 1:54

Du vieux ou du neuf, venez causer de l'exploit' japanisthanaise.





Pouf, pouf...


Wolfguy : Enrage (Wolfguy : Moero Okami Otoko, Kazuhiko Yamaguchi, 1975)

Miracle quotidien de le interweb, des films sur lesquels j'avais salivé à grosses gouttes en découvrant les affiches émergent de-ci, de-là. Cette fois-ci, c'est au tour de Wolfguy de Kazuhiko Yamaguchi (Karate Bullfighter/Bearfighter/For Life, Delinquent Girl Boss: Worthless to Confess ...).
Sonny Chiba y campe le seul survivant d'un clan d'hommes-loup, se servant de la force supra-naturelle que lui apporte la pleine lune pour résoudre des enquêtes et échapper à une organisation en ayant après son sang (nommée la J-CIA)...
De l'action et du cul c'est ce que promettait l'affiche et on en a une bonne rasade durant le flim. Mais ce n'est pas tout car les hectolitres de sang sont aussi de la partie. Dans l'ensemble, c'est à mettre dans le haut du panier du taff de Yamaguchi.
Dommage que la version disponible soit recadrée.








Lady Gambler (Showa Onna Bakuto, Tai Kato, 1972)

A mi-chemin entre le ninkyo des Red Peony Gambler et les Lady Snowblood, Kato nous conte l'histoire d'une femme (Kyoko Enami, vue dans The Wolves de Gosha) qui par amour et vengeance devient bakuto (les yakuza joueurs itinérants, par opposition aux tekiya, les yakuza colpoteurs, brêfle...). Et il le fait dans ce style qui lui est propre : caméra immobile tout au long du film, au ras du sol voire en légère contre plongée, composant son cadre au cordeau.
A ce titre, la scène qui voit le concurrent de l'homme de Kyoko à la succession du clan se faire 'convaincre' d'envisager le meurtre par un chef de clan adverse est top (jeu avec le sigle du clan gravé sur une porte vitrée donnant sur un salon avec deux fauteuils, le concurrent finissant par se caler pile le visage dans le symbole au moment où il accepte l'éventualité de l'homicide, se faisant marionnette du chef ennemi...).
Concis, classe et sanglant, de l'excellent ninkyo.
Du cinéma de qualitay.

_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Acide Morgenstern le Sam 16 Avr - 8:24

J'ai revu les Menottes Rouges il y a quelques temps histoire de le faire découvrir... toujours aussi bon à tous les niveaux : c'est efficace, sexuel et violent, plein d'idées et de "solutions" visuelles et puis il y a cette bombe de Miki Sugimoto dedans ^^



Le contenu du film est assez fort (comme pas mal de films de nanas bastonneuses nippones de l'époque) puisqu'il réussit à poser un fond violemment féministe (flirtant joyeusement avec la mysandrie) en restant formellement terriblement racoleur pour le public masculin.

dispo dans ce jolie coffret avec la Femme Scorpion
avatar
Acide Morgenstern
Dédale dans la semoule

Messages : 103
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 39
Localisation :

http://kinkymorgenstern.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mecha T. le Mar 3 Mai - 13:31

Continuons dans le pinky violence avec Girl Boss : Mano a Mano (Sukeban : Taiman Shobu, le 6ème film de la série des Sukeban), signé Ikuo Sekimoto.


Et bin c'est top.
Ca va vite, il y a de la musique funky, pas mal de catfights, ça tape la pose et Reiko Ike est Embarassed
Ca torture aussi et ça contient son lot d'effets sumpas (la lumière qui s'éteint pour laisser sur fond noir Reiko Ike et Toru Abe -encore et toujours dans le rôle de maychant- lors de la tentative d'assassinat du début avant que le sang ne vienne rougir l'écran par exemple).



_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mumakil le Mar 3 Mai - 23:48



Black Cat's Revenge

de Teruo Ishii, 1970, avec Meiko Kaji

Wahou! C'est über bien! Y'a des combats au sabre super sanglants et esthétiques! Y'a Meiko Kaji en yakuza boss maudite et tragiques! Y'a de l'humour avec des fesses et des bols de moutarde! Y'a des filles tatouées! Y'a des personnages fourbes! Y'a un bossu mystérieux qu'on dirait tout droit sorti d'un bouquin de Edogawa Ranpo! Y'a une foire étrange avec des cannibales et des gens tordus!

Bref c'est très miam, j'ai adoré!

avis développé sur tortilla plus tard...


il faut que je regarde plus de films de ce calibre, de la violence aux frontières du fantastique... des trucs à conseiller, Mecha? (trouvables en france ou sur le mégalopôde si possible Razz )
avatar
Mumakil
Dédale dans la semoule

Messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2010
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mecha T. le Mer 4 Mai - 1:38

Mmmh, Horrors of Malformed Men du même réal devrait te plaire (dispo en z1).


_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mecha T. le Dim 10 Juin - 0:48


激殺!邪道拳 (Gekitatsu ! Jadô Ken) aka Soul of Bruce Lee aka Soul of Chiba aka Sunsi le Formidable Karatéka


Yukio Noda à la réal (Les Menottes Rouges, quasiment tous les Furyo Bancho -les films de motards-, le Golgo 13 avec Chiba...), c'est une co-prod Japon-HK tournée en Thaïlande, à mi-chemin entre le film de kung-fu et le film de yakuza. Au générique, il y a donc Sonny Chiba en disciple vengeur de maître assassiné drogué jusqu'au yeux (le disciple, pas le maître), Bronson Lee (le fils pas bien caché de Charles Bronson et de Bruce Lee, ergo la moustache et la coupe de cheveux, de son vrai nom Tadashi Yamashita, maître en arts martiaux dans la vraie vie) en flic sévèrement burné et Bolo Yeung en sbire muet du méchant très méchant.
Le début enchaîne les péripéties au point de larguer d'entrée le pauvre fou s'étant risqué à la vision de ce flim puis un petit coup de mou survient jusqu'à ce que Chiba débarque définitivement à l'écran. Ensuite, c'est la foire aux morceaux d'Anthologie, de l'entraînement sport-elec de Sonny en tenue SM jusqu'au fight Bolo-Bronson en passant par les méchants possédés par des singes ou un arc DIY, fait d'une ficelle et d'un bras.
Et il y a bien sûr des bouts d'Etsuko Shihomi.





C'est ultra top.

_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mecha T. le Dim 10 Juin - 0:48



Vous savez que Christina Lindberg avait eu son heure de gloire au pays d'Akutagawa mais saviez-vous qu'Harry Reems (faites pas semblant de ne pas connaître, c'est le docteur annonçant à Linda Lovelace qu'elle a le clitoris au fond de la gorge dans Deep Throat) aussi ?
Notamment dans 生贄の女たち (Ikenie no Onnatachi) (~Les Femmes du Sacrifice) de 1978 produit par la TOEI.
Un mélange de cul et de comédie où notre moustachu part au Japon afin de rencontrer sa belle-famille, où on le force à subir une transplantation d'organe (oui, celui auquel vous pensez) et où il se retrouve avec une bite de cheval.
Littéralement.
Vous avez dit WTF ? C'est un doux euphémisme amha :






_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mecha T. le Dim 10 Juin - 0:49



女獄門帖 引き裂かれた尼僧
Onna Gokumon Chô : Hikisakareta Nisô

(Torn Priestess)



Une prostituée tente d'échapper à ses maquereaux et trouve refuge dans un couvent...
De l'ero-guro signé Makiguchi "The Joy of Torture 2 : Oxen Split Torturing" Yûji en 1977 pour la TOEI, mélangeant nunsploitation et gore d'époque. C'est tourné à l'économie d'où une bonne utilisation de la profondeur de champ, de décadrages et de caméra portée dès qu'il y a de l'action (quelle qu'elle soit -clin d'oeil, clin d'oeil-). On a le droit à du cul, des nonnes lesbiennes mangeuses d'homme, du cul, un duo de yakuza comiques, un zombie, du cul, des nonnes opiomanes, du gore généreux, de l'Enfer psychédélique, du féminisme radicale, une b.o. funky et du cul. Tout ça sans temps mort, le film (exploit' overzetop de double programme de la fin des 70s oblige) dépassant à peine l'heure.



_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Mecha T. le Jeu 21 Juin - 5:13

Un film qui devrait plaire à Cradle :



DANGER !

_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Japansploitation

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 :: 7ème Art :: Cinéma

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum