Desert Moon

 :: 7ème Art :: Cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Desert Moon

Message  Callahan le Dim 24 Nov - 0:23


Desert Moon



               
   


De :  Shinji Aoyama

Avec :
Hiroshi Mikami [Nagai]
Maho Toyota [Akira]
Shûji Kashiwabara [Keechie]
Yukiko Ikari [Kaai]

Origine : Japon

Date de sortie en France : 17 Octobre 2001

Durée : 1h31

Desert Moon est le huitième film de Shinji Aoyama  et le deuxième film du réalisateur à être présenté en compétition au Festival de Cannes en 2001; faisant suite à Eureka, présenté en 2000.
(Toutes les sources d’information diffèrent sur le nombre d’œuvres d’Aoyama)


L’histoire (de différentes sources, compilé et remanié)
Nagai est un homme d'affaires japonais instruit essayant désespérément de garder son entreprise de logiciels de pointe à flot au milieu du mécontentement des actionnaires et des querelles au sein de l’entreprise.
Son état émotionnel bascule quand sa femme Akira le quitte brusquement.

Se sentant vulnérable et solitaire, Nagai regarde de façon obsessionnelle une vieille cassette vidéo des temps heureux avec sa femme et son enfant.
Son épouse boit pour oublier les complications quotidiennes et rêve de retourner à la monotonie paisible de son enfance à la campagne.  
Sa fille Kaai est le seul lien qui la rattache à la réalité.

Bientôt apparaît dans ce drame Keechie, un vagabond déséquilibré qui prétend avoir tué son père, image de l’autorité et d’une catégorie sociale aisée qu’il hait farouchement.
Il s'insinue bientôt dans la vie des deux protagonistes, simultanément, et va être la solution des problèmes entre les deux époux.


Mon avis :
Ce film parle du malaise spirituel et familial provoqué par la situation économique de la société japonaise contemporaine.
On peut aisément l’étendre à toutes nos sociétés modernes, même s’il est bien connu que le phénomène est amplifié au Japon.

J’ai passé le premier tiers à engranger les informations que me transmettaient les images et les rares dialogues, sans sentir de réelle émotion et en combattant l’envie d’arrêter le film.
Rien ne se passe vraiment et rien ne passe. Ça sonne creux et j’avais l’impression d’assister à du cinéma expérimental.

On échappe de justesse à l’incompréhension, vu la maladresse et la lourdeur de la mise en scène.
Les acteurs jouant les deux époux sont approximatifs et pas très convaincus, donc pas convaincants.
Restent le personnage de Keechie et son interprète, plus inspiré, qui apportent  la dimension humaine qui manquent aux deux autres personnages.
Il commence  par transférer sa haine du père sur Nagai pour finalement le pousser dans ses derniers retranchements pour qu’il dépasse ses peurs et interrogations.

Avec un autre montage et en coupant quelque scènes (notamment dans le premier tiers), le film gagnerait en dynamique narrative sans perdre ni son propos, ni la force que, malheureusement, on ne fait qu’entrevoir.

Je ne regrette pas de l’avoir vu mais reste quand même que le film est froid et que le côté humain de l’histoire n’arrive pas à transpirer,  ce qui est quand même un comble pour un drame sur la famille.

Desert  Moon est donc un drame sombre qui,  malgré ses nombreux défauts, a finit pas m’entraîner avec lui dans sa deuxième partie.

J'ai dû commencer par le mauvais, Eureka a une presse quasi-unanime et positive ....
A vérifier

_________________
     
avatar
Callahan
Adminotaure

Messages : 580
Date d'inscription : 30/03/2010
Localisation : Dans ses chaussons

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: 7ème Art :: Cinéma

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum