Tales from the Crypt - Les Origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tales from the Crypt - Les Origines

Message  PI-K le Jeu 22 Avr - 8:45

Tales From The Crypt : Les Comic-Books


par Oogie Boogie

Les premiers comics d'horreur apparurent grâce à William Gaines,patron d'"EC Comics",qui suite à la mort de son père,hérita de la compagnie "EC Publications",et décida de changer le syle des revues,qui jusqu'alors ne traitait que de sujets historiques (La Bible,l'Histoire Américaine,etc...).
William Gaines lance donc de nombreuses séries policières,de romance,de western,de fantasy,de science fiction (où Bradburry signera quelques scénars),etc...
"EC Comics" ne signifie plus "Educational Comics" mais "Entertaining Comics".
C'est avec l'arrivée d'un certain Al Feldstein que l'histoire d'EC comics prend un intérêt pour nous.

En effet,avec lui,Gaines tente l'expérience des comics d'epouvante,en faisant d'abord entrer en scène le Crypt Keeper dans une revue policière ("Crime Patrol #15).Il est le conteur d’une histoire horrifique appelée "Return from the Grave".
Gaines et Feldstein souhaitaient mettre en place un personnage récurent, qui viendrait ponctuer les histoires de ses calembours douteux. Dès le Crime Patrol # 16,il est de retour avec "The Spectre in the Castle".

Si à ses débuts le Crypt Keeper est assez « présentable », il va très vite acquérir un sens de l’humour plus noir que la nuit. En parallèle, le duo lance un autre gardien,le Vault Keeper. Pour sa première apparition au sein de "War Against Crime # 10", il commente "Buried Alive" avec une fraîcheur toute cadavérique.Puis revient dans le numéro suivant avec "The Mummy’s Curse".
Le succès est immédiat et le public plébiscite ces créations atypiques.
Gaines ne tarda pas à réagir. En Janvier 1950, le numéro 17 de "Crime Patrol" et le 12 de "War Against Crime" deviennent respectivement "The Crypt of Terror" (il ne deviendra "Tales from the Crypt" que quelques mois plus tard) et "The Vault of Horror". Enfin, le duo créera "The Haunt of Fear", série présenté par une vieille sorcière simplement nommée Old Witch.

Sol Cohen, directeur de publication depuis l’époque de Max Gaines, quitte alors EC, trouvant les nouvelles publications trop « spéciales » et entre chez Avon Comics.
Le succès de ses titres d’un genre nouveau va pourtant grandissant et en 1953, EC imprime une vingtaine de magazines.
La production devient de plus en plus importante, tant en termes de scénario (Feldstein en écrit jusqu’à 4 par semaine) qu’en termes de dessins.

Mais le public s’avère être au rendez-vous et les ventes atteignent des sommets que EC, sous la houlette de Gaines Major, n’aurait même pas imaginés.
Mais en décembre 1953,la couverture de la revue "Panic" fait scandale et sera interdite dans de nombreux états.En effet,elle montrait le père Noël en compagnie de Marylin Monroe,et un ecriteau "just divorced" dérrière son traineau.On ne touche pas à Papa Noël aux Etats Unis,et William Gaines en fera les frais,puisque cette affaire va prendre une ampleur inattendue.
Une enquête anti-comics est lancée par le sénateur William Purtell,qui n'hésite pas à faire appel à Estes Kefauver,le top of the top qui a mis dérrière les barreaux le mafieu Frank Costello.
Cette enquête doit beaucoup au livre du Dr Fredric Wertham "The seduction of the innocent",où le fameux psychiatre dénonçait l'influence des comics sur la jeunesse.
Les comics d'horreur ne furent pas les seuls à être accusés de favoriser la délinquance,même Batman et Superman y ont eu droit.
A la suite de ça,le "comics code" est instauré,et tous les editeurs doivent passer par la "comics code authority",commission qui jugeait si le comics n'avait rien de choquant.Si c'etait le cas,le comics pouvait paraître,et avait un petit "A" sur sa couverture,ce qui montrait qu'il etait en règle.

Le 14 septembre 1954,EC se voit contraint de suspendre toutes ses publications d'horreur.Mais leurs comics auront marqué toute une génération.Ce qui nous amène à...


PS:A noter qu'EC possédait également le magazine "Mad",qui fut le succès que l'on sait,et qui leur permit de ne pas couler à la suite de l'affaire Kevaufer.
Des réeditions des "Tales from the crypt" sont parus chez Albin Michel,il y a quelques années.Si vous tombez sur ces albums,je ne peux que vous les conseiller.

Tales From The Crypt : Cinéma et Télévision


par PI-K

Après une brute interruption de la publication des comics E.C. en 1954, ce n'est qu'en 1972 que William Gaines va faire perdurer son anthologie,
non plus sur des planches de BD, mais à travers le Cinéma !


William Gaines s'associe à la grande rivale de la Hammer, la Amicus avec le film Tales From The Crypt, réalisé par Freddie Francis, ce film à sketches propose au Crypt Keeper ( Peter Cushing ) de montrer les dernières heures de chacun de ces invités ( gimmick déjà employé quelques années plus tôt avec Le Train des Epouvantes déjà de Freddie Francis ) à travers 3 histoires macabres à souhait ! Succès fracassant oblige, l'expérience sera réitérée avec The Vault of Horror, seconde adaptation cinématographique des publications de EC Comics, mais la pauvreté des histoires de cette séquelle et l'échec commerciale du film, obligera Gaines à mettre de côtés, une nouvelle fois, ses "Contes d'outre-tombe"...


Ce n'est que 10 ans plus tard, que l'on retrouvera le charme de ces courtes histoires macabres, à travers Creepshow de Georges A. Romero, film d'horreur générationnel qui puisa ses références dans les publications de Gaines, lesquelles ont bercé la tendre enfance de Romero et Stephen King ( co-scénariste du film ), le succès de ce film engendra une séquelle en 1987 ( qui n'arrive malheureusement pas à la cheville de l'original... ) et une pléthore de remakes non-avoués au cours des années 80, des films comme Tales From The Darkside ou After Midnight doivent leurs tributs aussi bien au film de Romero, qu'aux écrits de William Gaines, bien que ces films soient de qualités variables, le succès est au rendez-vous et donnent des idées aux producteurs les plus malins !


C'est ainsi que Spielberg produira sa série TV Amazing Stories au beau milieu des années 80, cherchant à surfer sur cette "nouvelle vague" mais ne trouvera finalement pas son public, la faute à des scénarios trop pathos et sans réelles cruautés...

En 1989, Robert Zemeckis qui oeuvra sur la série de Spielberg, fan absolu des Comics de EC, frustré que la série s'achève ainsi, s'associera avec Walter Hill et Richard Donner pour essayer de remettre au gout du jour les écrits de W. Gaines, la solution adoptée sera une série anthologique basé sur des épisodes de 26 minutes ( format qui avait réussi à The Twilight Zone ) et ne trahissant pas la teneur macabre et ironique du comics, très difficile à produire sur de grands Network vu le contenu immoral de la BD, il faudra trouver un financement indépendant, et c'est là que le Messie arrive, par la personne de Joel Silver qui mettra tout l'argent nécessaire pour rester fidèle à ligne éditorial, condition sinéquanone imposée par Joel Silver et William Gaines ( Producteur exécutif sur la série TV ), tous les épisodes devront être tirés du comics original, et porté par de grands réalisateurs ou artisans chevronnés de la TV, conférant une technique irréprochable à chacun des épisodes .
La Dream Team ainsi composée de Silver, Zemeckis, Donner, Hill associés à HBO ( chaine cablée US très permissive au niveau gore ), permettra de concrétiser la production de cette série mythique qu'est Tales From The Crypt qui bercera toute une génération de fantasticophiles à travers 93 épisodes et 7 saisons !


"The Show must go on, now !!" MrGreen
avatar
PI-K
Cyclopes, c'est long à fumer

Messages : 95
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum