Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

 :: 7ème Art :: Cinéma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Freddy Krueger, Robert tu vas nous manquer!

Message  Cradle of Suffering le Ven 16 Avr - 1:37

Le nouveau Freddy Krueger a un visage: Jackie Earle HALEY ( Rorschach dans Watchmen).


(Il aurait signé pour trois volets)


Titre original: A Nightmare on Elm Street


Nancy est une jeune adolescente qui fait régulièrement des cauchemars sur un homme au visage brûlé, avec un vieux pull déchiré et cinq lames tranchantes à la place des doigts. Elle constate d'ailleurs que parmi ses amis, elle n'est pas la seule à faire ces mauvais rêves. Mais bientôt, l'un d'entre eux est sauvagement assassiné pendant son sommeil.
C'est ainsi que le groupe fait la connaissance de l'ignoble Freddy Krueger, qui se sert des cauchemars pour assassiner les gens qui rêvent de lui. Nancy comprend qu'elle n'a plus qu'une seule solution : si elle veut rester en vie, elle doit rester éveillé...


Ce sera Wesley Strick à l'écriture,(scénariste de Les Nerfs à vifs, Wolf), Réalisé par Samuel Bayer et produit par Michael Bay Shocked ! Michael bay bordel, ça peut être marrant MrGreen !
Ce sera le tout premier film de Samuel Bayer qui jusque là n'a réalisé que des publicités et énormement de vidéos, clips, pour des groupes comme The Strokes, Green Day, Iron Maiden, Bowie, Manson, The Ramones, Suicidal Tendencies, Metallica, etc.... D'ailleurs il a eu le MTV Video Music Award pour la meilleure réalisation à deux reprises.



Alors le casting, Rooney Mara qui sera notre nouvelle Nancy Thompson Neutral (moins charmante que l'originale), Kyle Gallner (lui je l'aime bien il est dans Red), Thomas Dekker ( Notre John Connor dans la Série TV, et il sera dans le prochain GREGG ARAKI!! bon, je suis plus emballée car a y'avoir un nouveau film de Mr Araki!), Kellan lutz (avant d'être dans cette daube de Twillight il a joué dans pleins de série TV, Heroes, les Experts, Six Feet Under, Amour Gloire et Beauté,...), Katie Cassidy (je sais pas qui c'est) et Connie Britton (parait qu'elle joue dans 24h chrono, en tout cas pas dans les deux premières saisons que j'ai vue).


Nancy Thompson

_________________
avatar
Cradle of Suffering
Gorgone Zola

Messages : 926
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 29
Localisation : Tromaville

Revenir en haut Aller en bas

Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Oogie Boogie le Ven 14 Mai - 4:42





Après Leatherface et Jason, Platinum Dunes complète enfin sa vague de remakes des slashers cultes des années 80 en ajoutant Freddy à sa collection. Il manque encore Chucky mais la sainte trinité est déjà là. Cette fois-ci, ce n'est pas Marcus Nispel qui s'occupe du sale boulot, trop occupé à caster des catcheurs aux regards bovins pour son futur Conan, mais un petit nouveau du nom de Samuel Bayer. Enfin, nouveau c'est vite dit puisque le bonhomme a quand même une longue carrière dans le clip derrière lui, on lui doit notamment celui de Smell Like Teen Spirits de Nirvana et de nombreuses collaborations avec Marylin Manson et le groupe Green Day. Néanmoins, avec Les griffes de la nuit il signe son baptême du feu dans le domaine du long-métrage.
L'année dernière sur Cinécri, vous pouviez lire ceci à l'occasion de la sortie de La dernière maison sur la gauche de Dennis Illiadis: « Après La Colline a des yeux, Wes Craven est en phase d'être le réalisateur le plus chanceux avec les remakes de ses films, en espérant que le futur Les griffes de la nuit ne vienne pas changer la donne. » Avant d'écrire cela, votre humble serviteur aurait mieux fait de se briser les phalanges à coup de rangers car, n'allons pas par quatre chemins, ce Freddy cuvée 2010 est ce que l'on appelle en langage soutenu une fiente de premier choix. Ce n'est pas l'envie qui me manque de ressortir la critique du mauvais Vendredi 13 de Marcus Nispel en modifiant quelques détails, tant cela paraitrait pertinent vis à vis des méthodes employées par la boîte de Michael Bay.

Nancy, Kris, Quentin, Jesse et Dean habitent Elm Street, au coeur d'une banlieue résidentielle semblable à des milliers d'autres - paisible, proprette et sans histoire... Mais depuis quelques temps, ces cinq jeunes sont hantés chaque nuit par le même cauchemar oppressant : un homme à la voix caverneuse surgit des ténèbres. Vêtu d'un t-shirt rouge et vert lacéré, il dissimule sous un vieux chapeau son visage atrocement brûlé et défiguré. Sa main droite, gantée, est munie de quatre longues griffes d'acier plus tranchantes que des lames de rasoir...

Mettons nous d'accord, Les griffes de la nuit de Wes Craven n'est pas exempt de défauts et a subi un sérieux coup de vieux sur certains points, cependant son originalité et son ambiance en font toujours un classique du genre. La question qui se pose alors est: pourquoi en faire un remake qui est déjà ringard dès sa sortie? Par pur altruisme, cela va sans dire. On a clairement affaire à un remake sans ambition qui tente malignement de se camoufler sous les oripeaux du reboot de bon aloi. Après un générique plutôt sympathique et une séquence d'introduction « originale » à défaut d'être réussie, le film enchaîne les habituelles références à son modèle qui donnent à la structure du film un sale goût de réchauffé malgré ses maigres tentatives de s'en démarquer. Ces fameuses séquences « hommage » résument à elles seules la rigueur du projet. Déjà que la nécessité d'un tel recyclage cinématographique est sujet à questionnement, il ne l'est d'autant plus quand on voit avec quel je-m-en-foutisme elles sont traitées. Le célèbre passage du bain est ici expédié en trente secondes chrono sans prendre la peine d'exploiter une seule seconde le contexte. Alors que dans le Craven, on nous gratifiait d'un cauchemar digne des Dents de la Mer où la pauvre Nancy se faisait noyé dans sa baignoire semblant devenue aussi profonde que l'océan, ici tout se résume au plan du gant de Freddy arrivant au milieu des cuisses de la comédienne. L'idée était sans doute trop tordue pour Samuel Bayer qui a préféré n'en garder qu'un simple « plan qui fait bien » pour la bande-annonce. A l'inverse, la séquence où la silhouette de Freddy sort du mur de Nancy fonce à fond les ballons dans le démonstratif de mauvais goût via des effets numériques plus dégueulasses tu meurs qui ne plairont qu'à l'unique fan d'Hantise planqué dans sa ferme au Kansas. Inutile de dire que ceux qui ont vu le film original vont pouvoir s'amuser à compter toutes ces références, néanmoins le scénariste a été super sympa et s'est amusé à les mettre dans le désordre, histoire qu'on soit pris au dépourvu et accessoirement justifier son salaire.

Pour ne pas être trop injuste envers Westley Strick le scénariste (retenez son nom pour l'attendre à la sortie du lycée), son script apporte quelques idées intéressantes pour renouveler la formule. Malheureusement, à l'image de tout ce qu'il y a dans le film, on passe vite à autre chose parce que j'ai pas le temps, tu vois, j'ai rendez-vous avec Cynthia la stagiaire top bonnasse. Donc, on fait de Freddy un pédophile, chose que le reste de la saga n'avait jamais réellement assumée en le catégorisant « seulement » comme un tueur d'enfants. C'est bien, ça, c'est couillu même, seulement on ne traite pas d'un sujet aussi sensible comme si on dévoilait le retour de Bobby dans la série Dallas. A croire que c'est devenu tendance d'utiliser de telles thématiques comme d'un simple McGuffin. Car c'est plus ou moins de cela qu'il s'agit, la recherche de l'horrible vérité n'amène qu'un jeu de pistes débile se concluant par une scène dont la teneur dramatique est au ras des pâquerettes. On parle quand même du crime le plus odieux qui soit, le viol d'un enfant, de plusieurs même, la perte de l'innocence, de culpabilité, de traumatisme, tout ça tout ça... Mais non, on s'en fout, on met des flashbacks pour meubler (dont la mise à mort de Freddy par les parents des malheureux, qui tombe comme un cheveu sur la soupe durant, on ne sait pas pourquoi, un rêve) et on laisse le spectateur combler les trous. Même les relations parents/enfants, point important de l'original où le non-dit et la sur-protection maladive contribuait grandement à l'ambiance dérangeante, sont passés à l'as. Dommage de prendre des acteurs de la trempe de Clancy Brown et Connie Britton pour ne leur faire faire que de rares apparitions inutiles.
Idem pour le concept des micro-sommeils, où l'on nous explique que le cerveau se met automatiquement en mode veille durant un court laps de temps après une insomnie prolongée, donnant lieu à des phases de rêve éveillé. Là encore, il y avait moyen de faire de grandes choses avec cette idée mais dans les mains de Bayer ça ne sert qu'à justifier des tonnes de jump-scares irritants.

La seule vraie nouveauté qui aurait pu justifier la vision de cette bobine qui sent le renfermé est bien évidemment la prestation de Jackie Earle Haley dans le rôle du tueur d'Elm Street. Robert Englund reste forcément indissociable du personnage mais force est de constater que la dérive grand-guignol des derniers épisodes commençait à fatiguer. Facile pour l'acteur de Little Children et Watchmen de redonner à Freddy Krueger ses lettres de noblesse? C'était sans compter une caractérisation, une mise en scène et une direction d'acteurs à l'ouest qui ne lui laisse aucun champ libre. Le malheureux Jackie se retrouve à livrer une imitation au rabais de Robert Englund dans ses pires moments, à grands coups de punchlines vaseuses que même Laurent Ruquier ne cautionnerait pas, ce qui la fout mal pour un projet qui se veut plus torturé et sérieux. Et encore, Englund avait pour lui une folie communicative et une liberté d'action qui lui permettait de s'éclater. Le nouveau Krueger, malgré un maquillage très réussi se rapprochant de l'aspect des véritables grands brûlés, n'impressionne jamais. Il se balade lourdement, donne l'impression de faire son travail contraint et forcé, sort un jeu de mots pourri et assène un coup de griffes avant de disparaître. Car oui, inutile d'attendre une quelconque originalité dans les meurtres. Alors que Freddy est censé contrôler les rêves de ses victimes et donc en faire ce qu'il veut, laissant libre cours à des délires visuels où un clippeur comme Bayer devrait se retrouver, non, il choisit toujours l'option griffes dans le bide. Sachant que le nombre de victimes est aussi peu élevé que dans l'original, nous n'avons ni la qualité ni la quantité.
Jackie a de quoi faire la tronche mais n'a pas à rougir face à ses camarades de jeu. L'habituel casting de jeunes éphèbes de la TV vient remplir sa fonction de chair à patté avec un entrain des plus mortifères. L'idée lumineuse d'en faire un groupe d'amis qui ne se fréquentent jamais, amène à une suite de scènes avec à chaque fois un protagoniste différent qui ne sera jamais réellement caractérisé, ne faisant qu'accroitre notre manque d'empathie à mesure que le danger approche. Si dans le lot, on pardonnera à un Kyle Gallner et ses yeux naturellement fatigués qui tente de faire ce qu'il peut, ce ne sera pas le cas de Rooney Mara qui joue une Nancy beaucoup trop frigide, voire psychorigide, pour que l'on s'attache une seule seconde à l'héroïne.

Maintenant qu'on a bien tiré sur l'ambulance, attaquons nous à l'ambulancier. Samuel Bayer n'a peut-être pas choisi le bon projet pour débuter son passage au cinéma, contrairement à ce qu'il affirmait dans ses interviews il y a quelques mois. On sent que le bonhomme ne contrôle pas son film. En effet, sa mise en scène sans saveur n'est pas aidé par le montage fait par un aveugle manchot. Si on y ajoute le fait qu'un grand nombre de plans de la bande-annonce ont tout bonnement disparus du montage final, on est en droit de penser que le film a subi un violent remontage de dernière minute réclamé par la prod mécontente du rendu. Quoiqu'il en soit, en l'état ça ressemble au travail du premier tâcheron venu, et ce ne sont pas les rares plans légèrement oniriques (une chambre enneigée, une salle de classe pleine de cendres) qui vont changer cette impression. C'est tout de même triste de voir un film avec un tel concept être fait sans aucune imagination. On comprend qu'ils ont tenté de reprendre l'univers du Craven avec ces moult passages dans la chaufferie, mais ce serait oublié que le film original date d'il y a 26 ans et que ce remake bénéficie d'un budget au moins cinq fois supérieur. Et s'il y avait bien un élément utile à reprendre c'était le célèbre thème musical de Charles Bernstein, que l'on entend ici vaguement durant le panneau-titre. Non pas que le score de Steve Jablonsky soit épouvantable, seulement il est passe-partout et ne parvient jamais à retranscrire la même atmosphère angoissante.
Bref, aucune prise de risque, ils ne font que refaire Les griffes de la nuit en moins bien, tout en ajoutant et en modifiant quelques éléments inutiles pour donner l'impression qu'ils proposent du neuf. Le pire étant que, contrairement au Vendredi 13 de Marcus Nispel, ce travail de patachon se prend trèèèès au sérieux. On devrait être habitué depuis le temps mais non, ça énerve toujours autant.

Freddy loupe son come-back dans ces Griffes de l'ennui qui ne fait que prouver que l'association des recettes des années 80 à celles d'aujourd'hui ne se fait jamais en faveur de la qualité. Un remake en mode automatique, sans ambition, qui n'exploite jamais son concept et qui se paie le luxe de jouer avec des sujets sensibles avec une inconscience des plus puantes. Ce Freddy 2010 donne un coup dur à une saga pourtant très inégale en lui retirant toute sa mythologie, sa substance, son intérêt ludique et visuel. Quand l'industrie n'arrive plus à créer de nouvelles icônes, elle s'amuse à détruire les anciennes, et ça ne fait que commencer...


Dernière édition par Oogie Boogie le Sam 15 Mai - 1:33, édité 1 fois
avatar
Oogie Boogie
Admin

Messages : 282
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 31
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://nextolympus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Cradle of Suffering le Ven 14 Mai - 7:28

Putain...et va y'en avoir deux autres derrière...

Bon beh du coup j'ai plus trop envie de dépenser 10 euros... Neutral

_________________
avatar
Cradle of Suffering
Gorgone Zola

Messages : 926
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 29
Localisation : Tromaville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Udéka le Lun 17 Mai - 2:28

Si j'en lis Oogie Boogie, c'est à peu près ce que j'en attendais.

"Quand l'industrie n'arrive plus à créer de nouvelles icônes, elle s'amuse à détruire les anciennes, et ça ne fait que commencer..."

Joli.
avatar
Udéka
Cyclopes, c'est long à fumer

Messages : 14
Date d'inscription : 20/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Cinéma : les mercredis de l'angoisse

Message  Le Docteur le Lun 17 Mai - 4:14

Moi qui ait hésité entre ça et Bourrin des bois, finalement on perdait à tous les coups.

_________________
avatar
Le Docteur
Gorgone Zola

Messages : 939
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 35
Localisation : L'université de l'Invisible

Revenir en haut Aller en bas

Re: Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Oogie Boogie le Lun 17 Mai - 18:50

J'ai enchaîné les deux, donc je confirme. Même si le Scott était tout de même moins insupportable.
avatar
Oogie Boogie
Admin

Messages : 282
Date d'inscription : 29/03/2010
Age : 31
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://nextolympus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Le Docteur le Mar 18 Mai - 8:40

C'est pas si mauvais. Le film s'intéresse plus à la terreur inspirée par le sommeil qu'aux rêves ou aux punchlines de Freddy, ce qui porte une ambiance assez proche de l'original. Dommage que certaines scènes soient tronquées, que les parents soient trop absents et que de bonnes idées de l'original soient virées. La première partie est un peu chiante mais la suite parvient à intéresser, puisque ne reproduisant pas une série de massacres mais se focalisant sur deux personnages (Et puis Kyle Gallner m'est sympathique depuis Veronica Mars). L'idée introduite par le film aurait pu le faire virer en film pour faire peur aux gamins d'Outreau mais Freddy est bien un vilain pas beau. Dommage que cette affaire de pédophilie n'ait pas été abordée plus frontalement car elle aurait pu apporter une vraie valeur ajouté au remake. En l'état, ce nouveau Freddy sera plutot dispensable (bien qu'agréable à suivre) à ceux qui ont grandi avec Robert Englund car le premier est quand même mieux ficelé et il contient moins de scènes gratuites. Par contre, ceux qui ne connaissaient pas Freddy pourraient facilement se prendre au jeu.

6,5/10

Sinon le sang en CGI c'est moche (comme les CGI dans un film d'horreur, rien de tel pour te faire sortir du film). Est-ce que j'ai dit que j'en avais ma claque des CGI? Ben maintenant c'est fait.

_________________
avatar
Le Docteur
Gorgone Zola

Messages : 939
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 35
Localisation : L'université de l'Invisible

Revenir en haut Aller en bas

Re: Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Cradle of Suffering le Dim 23 Mai - 8:35

Oogie Boogie a écrit:
Freddy loupe son come-back dans ces Griffes de l'ennui qui ne fait que prouver que l'association des recettes des années 80 à celles d'aujourd'hui ne se fait jamais en faveur de la qualité. Un remake en mode automatique, sans ambition, qui n'exploite jamais son concept et qui se paie le luxe de jouer avec des sujets sensibles avec une inconscience des plus puantes. Ce Freddy 2010 donne un coup dur à une saga pourtant très inégale en lui retirant toute sa mythologie, sa substance, son intérêt ludique et visuel. Quand l'industrie n'arrive plus à créer de nouvelles icônes, elle s'amuse à détruire les anciennes, et ça ne fait que commencer...

Je ne pourrai pas dire mieux. Oui finallement j'ai été depenser 10 euros...
Et j'ai étais tellement déçue, même si ce n'etait pas une grande surprise...
Les meurtres sans originalité...Les rêves pas assez exploités...(pas assez de meurtres visuelles non plus)... Pas d'attachement particulier pour Nancy ou autres personnages... Des répliques qui servent à rien, qui rendent même niais... Puis je le trouve même pas beau Freddy...merde il est censé faire flipper...
Bref nul Neutral Freddy est mort avec Robert Englund....

_________________
avatar
Cradle of Suffering
Gorgone Zola

Messages : 926
Date d'inscription : 06/04/2010
Age : 29
Localisation : Tromaville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Freddy: Les Griffes de la nuit- Samel Bayer (2010)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: 7ème Art :: Cinéma

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum