Méli-mélo de vos derniers visionnages

 :: 7ème Art :: Cinéma

Page 11 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Lun 18 Juin - 8:36

Paradox aka Paradoxe - Les Mondes Parallèles de Brenton Spencer [2010]
Tiré de la trilogie de comic book éponyme crée par Christos N. Gage, ce film canadien, dont l’idée de départ semble très prometteuse, n’est qu’un divertissement enfantin, niveau mauvais téléfilm, volant au ras des pâquerettes.
0,5/6

Axed aka Désaxé de Ryan Lee Driscoll [2012]
Thriller britannique presque correct mais fade et sans aucune originalité. On ne s’ennuie qu’un petit peu.
2,5/6

Escapee aka Escape de Campion Murphy [2011]
Campion Edmund Murphy réalise et écrit le scénario de son premier film sans la moindre once de créativité. La prestation de Dominic Purcell, en tueur dingue tranquille, est assez convaincante.
0,7/6

Un Jour Mon Père Viendra de Martin Valente [2011]
Une comédie, tournée principalement en Périgord Vert à Excideuil et au château d'Essendiéras à Saint-Médard-d'Excideuil, sélectionnée au Festival du film de Sarlat 2011 qui vaut un petit coup d’œil pour le duo Gérard Jugnot-François Berléand. Premier rôle au cinéma pour Olivia Ruiz.
1,5/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Dim 24 Juin - 9:08

The Devil Inside aka Devil Inside de William Brent Bell [2012]
No soul is safe. Petit budget, tourné caméra à l’épaule façon reportage, scénario classique d’une histoire de possession démoniaque mais assez efficace. Autrement dit, cet exorcisme réchauffé réalisé dans un style cinématographique actuellement surexploité voire douteux, joué par des acteurs manquants de métier, arrive cependant à rendre haletant un asthmatique émotif. La production envisage une suite.
4/6

Une Nuit de Philippe Lefebvre [2012]
Une intrigue réaliste dans les nuits parisienne bien menée. L’utilisation de la haute définition pour ce film essentiellement nocturne a permis, sans éclairage, une image aux forts contrastes intéressante. Un polar noir qui souffre cependant d’un déroulement un peu répétitif.
3,7/6

Na Igre aka Hooked aka Shooters - Joueurs D'élite de Pavel Sanaev [2009]
Un film russe de gamers bricolé au scénario plus confus que complexe. Une suite du même réalisateur intitulée Na Igre 2 - Novyy Uroven aka Hooked 2 - Next Level a été faite l’année suivante.
1,3/6

Recoil de Terry Miles [2011]
La vengeance du gros bras qui tape. Un DTV bourrin avec Steve Austin et Danny Trejo.
3/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Vache Maigre

Message  Callahan le Sam 30 Juin - 23:29

Le Pacte (Seeking Justice ou un truc du genre)
Alléchée par Guy Pearce et incompréhensiblement aimantée par Cage (parfois, on se demande silent ), j'ai déjà oublié comment ils s'en sortent ....
Mais, quand même, un demi-film avec Nicolas Cage en Mr-tout-le-monde, m'a rassuré sur ses capacités.
Sinon, çà parle de quoi, déjà ?
3/6

_________________
     
avatar
Callahan
Adminotaure

Messages : 580
Date d'inscription : 30/03/2010
Localisation : Dans ses chaussons

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Sam 7 Juil - 10:34

2012 Doomsday aka 2012, La Prophétie de Nick Everhart [2008]
Un DTV produit par Faith Films de 85 minutes, sauf pour les grecs qui ont eu droit à 92 (les pauvres), véritablement apocalyptique. Une honte dans l’histoire du cinéma.
0/6

Project X aka Projet X de Nima Nourizadeh [2012]
Ce premier film d’un anglo-iranien commence comme un American Pie pour finir dans une spirale angoissante de catastrophes. Un pénible attrape-jeune en manque de défoulement.
0,3/6

The Skeleton Key aka La Porte Des Secrets d’Iain Softley [2005]
Thriller fantastique sur fond de hoodoo peu original et à la trame grossière mais constituant un spectacle divertissant à défaut d’être angoissant. Le twist final, assez prévisible, assure la cohérence du scénario.
3,2/6

Halal Police D'État de Rachid Dhibou [2011]
Le premier film de Rachid Dhibou, qui a travaillé en tant que cadreur et réalisateur de making-of pour Luc Besson, est pénible durant sa première moitié puis insupportable jusqu’à sa fin. Quelques répliques assez drôles dans un ensemble affligeant.
0,4/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Le Docteur le Dim 8 Juil - 9:35

Petit résumé de mon week-end Hong-Kongais dans le cadre de Paris Cinéma.

L'enfer des Armes : Le super cut de la bombe de Tsui Hark ramené de Hong Kong par Carbon et Courtiau. J'ai toujours un peu de mal avec les pièces rapportées visibles sur les films. Ca aurait pu être difficile parcequ'ici, la VHS retrouvée était de bien mauvaise qualité mais on parle de l'enfer des armes. Toujours aussi génial à chaque visionnage, si bien que les fréquentes fluctuations de l'image deviennent vite indolores. La charge fait toujours le même effet et il est toujours aussi surprenant de voir combien les différents éléments s'équilibrent alors que le film est loin d'avoir une structure classique. Cette version s'attarde plus sur les Hong-Kongais que sur les trafiquants en proportion, ce qui est une excellente chose. J'aime toujours autant la gamine et son frêre.
5,5/6

Vulgaria : Le nouveau film du réalisateur de Dream Home, Pang Ho-Cheung. Un producteur de cinéma Hong-Kongais orienté catégorie 3 fait une intervention dans le cadre d'un cours de cinéma mais il glisse très vite vers les turpitudes un peu plus glauques de sa vie, entre le financement d'un projet par un caïd local à tendance zoophile, une femme avocate qui ne cesse de le rabaisser, une jeune actrice adepte de la fellation surnommée "Poppy Candy", une fillette adorable très influencée par la TV et bien d'autres choses sympathiques que je m'en voudrais de spoiler. Le décor est là moins pour en apprendre sur le business que pour mettre en valeur un anti-héros dépassé mais qui a son métier dans la peau, très bien campé Chapman To. Tout n'est pas hilarant (la tendance est parfois à en faire trop) mais on passe un bon moment.
4/6


Man on the Brink
: Un polar d'infiltré au sein des Triades qui est apparemment une référence du début de la nouvelle vague Hong-Kongaise. Depuis, beaucoup sont passés par là et ce film d'Alex Cheung passe pour quelque chose de classique, distrayant mais oubliable. Malgré tout, la chute du héros est plutôt intéressante et quelques moments valent le coup d'oeil (l'accident d'un personnage, un lynchage détonnant...).
3/6

Autumn Moon
: Mon coup de coeur personnel de ce festival. Un film sous forme de chronique qui suit une gamine Hong-Kongaise de 15 ans et un touriste japonais qui sympathisent. La gamine, qui vit avec sa grand-mère, doit bientôt rejoindre sa famille qui va émigrer au Canada et ce départ imminent conjugué au mal-être de son ami japonais enveloppe le film dans une douce mélancolie. De très beaux moments, souvent en plan fixe, permettent au naturel des acteurs (nottamment de la gamine) de ressortir. On retient entre autres la grand mère qui se confie à la caméra du japonais, la confession de celui-ci ou bien la scène finale parfaite). Autumn Moon est un film bourré d'instantanés et d'images qui tendrait par moments vers une version bavarde de "a scene at the sea" revue à la sauce Hong-Kongaise avec une atmosphère lorgnant vers "Lost in Translation".
5,5/6

My heart is that eternal Rose : Un condensé de ce que je préfère dans le cinéma Hong-Kongais. On y suit un couple que le sort sépare, l'homme étant contraint de fuir et la jeune femme de s'offrir au caïd local pour sauver son papa. Les années passent et ils se retrouvent, mais leur fuite ensemble ne va pas être facile. La réalisation de Patrick Tam est un bel exemple de comment une réalisation peut mettre parfaitement en valeur un récit. Tout est très bien dramatisé (grands tragédiens ces Hong-Kongais!) , la photo est belle, la musique est adéquate, les acteurs sont impeccables. On y retrouve un Tony Leung jeunôt et énamourré (on le comprend, vu comment la splendide Joey Wong bouffe l'écran) et Gordon Liu en lieutenant lubrique (avec moumoute). Que du bon du début à la fin.
5/6

_________________
avatar
Le Docteur
Gorgone Zola

Messages : 939
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 36
Localisation : L'université de l'Invisible

Revenir en haut Aller en bas

au moins 3,1

Message  Mecha T. le Mer 11 Juil - 1:36

Le Docteur a écrit:Petit résumé de mon week-end Hong-Kongais dans le cadre de Paris Cinéma.

L'enfer des Armes : Le super cut de la bombe de Tsui Hark ramené de Hong Kong par Carbon et Courtiau. J'ai toujours un peu de mal avec les pièces rapportées visibles sur les films. Ca aurait pu être difficile parcequ'ici, la VHS retrouvée était de bien mauvaise qualité mais on parle de l'enfer des armes. Toujours aussi génial à chaque visionnage, si bien que les fréquentes fluctuations de l'image deviennent vite indolores. La charge fait toujours le même effet et il est toujours aussi surprenant de voir combien les différents éléments s'équilibrent alors que le film est loin d'avoir une structure classique. Cette version s'attarde plus sur les Hong-Kongais que sur les trafiquants en proportion, ce qui est une excellente chose. J'aime toujours autant la gamine et son frêre.
5,5/6

Vulgaria : Le nouveau film du réalisateur de Dream Home, Pang Ho-Cheung. Un producteur de cinéma Hong-Kongais orienté catégorie 3 fait une intervention dans le cadre d'un cours de cinéma mais il glisse très vite vers les turpitudes un peu plus glauques de sa vie, entre le financement d'un projet par un caïd local à tendance zoophile, une femme avocate qui ne cesse de le rabaisser, une jeune actrice adepte de la fellation surnommée "Poppy Candy", une fillette adorable très influencée par la TV et bien d'autres choses sympathiques que je m'en voudrais de spoiler. Le décor est là moins pour en apprendre sur le business que pour mettre en valeur un anti-héros dépassé mais qui a son métier dans la peau, très bien campé Chapman To. Tout n'est pas hilarant (la tendance est parfois à en faire trop) mais on passe un bon moment.
4/6


Man on the Brink
: Un polar d'infiltré au sein des Triades qui est apparemment une référence du début de la nouvelle vague Hong-Kongaise. Depuis, beaucoup sont passés par là et ce film d'Alex Cheung passe pour quelque chose de classique, distrayant mais oubliable. Malgré tout, la chute du héros est plutôt intéressante et quelques moments valent le coup d'oeil (l'accident d'un personnage, un lynchage détonnant...).
3/6

Autumn Moon
: Mon coup de coeur personnel de ce festival. Un film sous forme de chronique qui suit une gamine Hong-Kongaise de 15 ans et un touriste japonais qui sympathisent. La gamine, qui vit avec sa grand-mère, doit bientôt rejoindre sa famille qui va émigrer au Canada et ce départ imminent conjugué au mal-être de son ami japonais enveloppe le film dans une douce mélancolie. De très beaux moments, souvent en plan fixe, permettent au naturel des acteurs (nottamment de la gamine) de ressortir. On retient entre autres la grand mère qui se confie à la caméra du japonais, la confession de celui-ci ou bien la scène finale parfaite). Autumn Moon est un film bourré d'instantanés et d'images qui tendrait par moments vers une version bavarde de "a scene at the sea" revue à la sauce Hong-Kongaise avec une atmosphère lorgnant vers "Lost in Translation".
5,5/6

My heart is that eternal Rose : Un condensé de ce que je préfère dans le cinéma Hong-Kongais. On y suit un couple que le sort sépare, l'homme étant contraint de fuir et la jeune femme de s'offrir au caïd local pour sauver son papa. Les années passent et ils se retrouvent, mais leur fuite ensemble ne va pas être facile. La réalisation de Patrick Tam est un bel exemple de comment une réalisation peut mettre parfaitement en valeur un récit. Tout est très bien dramatisé (grands tragédiens ces Hong-Kongais!) , la photo est belle, la musique est adéquate, les acteurs sont impeccables. On y retrouve un Tony Leung jeunôt et énamourré (on le comprend, vu comment la splendide Joey Wong bouffe l'écran) et Gordon Liu en lieutenant lubrique (avec moumoute). Que du bon du début à la fin.
5/6

Pas très fan de la réal' de Tam (un trop plein d'acteurs face caméra si mes souvenirs sont bons) mais sinon, oui, Joey Wong est hypnotisante.
Et Man on the Brink, ça vaut un peu plus que 3/6 quand même.

_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Lun 27 Aoû - 9:18

Les beaux films de mes vacances

Chapitre I

Fading Of The Cries aka Lord Of The Light aka The Lord Of The Light de Brian A. Metcalf [2011]
Une bouse fantastico-horrifique de consistance molle.
0,2/6

Battleship de Peter Berg [2012]
Le spectacle explosif d’un nouveau sauvetage du monde par les ricains. C’est efficace et sans pause après un début un peu mou. Les engins extraterrestres sont impressionnants. Une première apparition cinématographique honorable pour Rihanna.
4/6

Clockwise de Christopher Morahan [1986]
Humour pâlichon et daté.
1,3/6

Xi Feng Lie aka Wind Blast de Gao Qunshu [2010]
Une piètre réalisation ennuyeuse et brouillonne au scénario insipide. Les très nombreuses scènes d’actions frénétiques et de combats improbables plongent le spectateur dans un état d’abrutissement.
1,2/6

Scary Movie 3 aka Film De Peur 3 de David Zucker [2003]
Un enchainement de gags plus ou moins foireux aux multiples références cinématographiques.
1/6

Intruders de Juan Carlos Fresnadillo [2011]
Une histoire fantastique classique correctement réalisée mais qui manque de saveur.
3,2/6

Choose de Marcus Graves [2010]
Thriller sanglant basique, sans originalité mais honnête avec une fin quelque peu parachutée.
3,1/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Mar 28 Aoû - 5:00

Les beaux films de mes vacances

Chapitre II et fin

Machine Gun Preacher de Marc Forster [2011]
Une réalisation assez plate et ne sachant pas inspirer d’émotion au spectateur. Le discours moralisateur final me semble très discutable voire dangereux.
2,5/6

Messengers 2 - The Scarecrow aka Les Messagers 2 - Les Origines Du Mal de Martin Barnewitz [2009]
Classique fantastique horrifique bien fait manquant cependant d’envergure et d’originalité.
3,2/6

Black Gold aka Or Noir de Jean-Jacques Annaud [2011]
Un film grand spectacle populaire et familial ou un beau mécanisme bien huilé qui tourne un peu à vide.
3,5/6

Les Tuche d’Olivier Baroux [2011]
Un début drôle puis le film perd en pertinence pour finir en roue libre. L’ensemble des acteurs principaux jouent juste malgré leurs rôles caricaturaux.
3,1/6

When A Man Falls In The Forest aka Le Cœur À Vif de Ryan Eslinger [2007]
Quatre personnes usées par la vie. Traité de façon simple et délicate.
4/6

Journey 2 - The Mysterious Island aka Voyage Au Centre De La Terre 2 - L'île Mystérieuse de Brad Peyton [2012]
Un film résolument pour jeune public et à 20000 lieux de Jules Verne.
2/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Sam 15 Sep - 9:43

99 Francs aka 99 F de Jan Kounen [2007]
Un film gentiment percutant d’après le roman de Beigbeder. Rien de révolutionnaire dans cette comédie dramatique divertissante.
4/6

Serbuan Maut aka The Raid – Redemption aka The Raid de Gareth Huw Evans [2011]
Un film indonésien d’arts martiaux, réalisé par un gallois, aux combats intenses et violents sur un réel scénario. Virtuosité pour le plaisir des yeux.
4/6

Rites Of Passage de W. Peter Iliff [2011]
Une réalisation brouillonne pour ce premier film. Le scénario, quoique peu original, est acceptable. Un survival de plus qui ne marquera pas les mémoires.
3/6

[REC]³ Génesis de Paco Plaza [2012]
Une comédie gore parodique filmée de façon plus traditionnelle que les deux opus précédents. Il faut attendre vingt minutes dispensables pour que l’infection commence. Paco Plaza aurait-il épuisé sa franchise ou a-t-il voulu sortir du carcan caméra subjective et found footage ?
3,2/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Ven 12 Oct - 21:40

Men In Black 3 aka Men In Black III de Barry Sonnenfeld [2012]
Un film distractif qui tient en grande partie grâce aux effets spéciaux. Une très bonne idée, contribuant à la construction de la saga, en fin d’histoire. Barry Sonnenfeld sait encore tirer profit de sa licence pour le plaisir du spectateur.
3,5/6

Snow White And The Huntsman aka Blanche Neige Et Le Chasseur de Rupert Sanders [2012]
Un blockbuster sans âme. Pour son premier film Rupert Sanders n’a su donner qu’un souffle épique asthmatique à un tapage emphatique.
2/6

Stigmata de Rupert Wainwright [1999]
Thriller religieux sans grand relief ni réelle profondeur, distractif et modérément prenant.
3,5/6

Les Adieux À La Reine aka Farewell, My Queen de Benoît Jacquot [2012]
Adapté du livre éponyme de Chantal Thomas, ces quelques jours de la Révolution française, vu avec un regard contemporain et sans contexte historique, n’est qu’une pierre de plus au gigantesque ouvrage de désinformation sur la chute de l’ancien régime. La réalisation habituelle de Benoît Jacquot, rapide et avec peu d’indications aux acteurs, donne à ce film sans charme un ton en inadéquation totale avec l’esprit du temps. Cette pauvre caricature cinématographique est tout à fait comparable à un de ces pamphlets révolutionnaires anonymes et orduriers qui circulaient à l’époque.
1,5/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Dim 28 Oct - 9:23

Mississippi Burning d’Alan Parker [1988]
Inspiré de faits réels, ce film a pris quelques rides : rythme lent, enchaînement des événements prévisibles et une constance dans le politiquement correct qui n’est censée laisser aucun espace de jugement ou de réflexion contradictoire au spectateur.
3,5/6

Safe aka Saine Et Sauve de Boaz Yakin [2012]
Honnête film d’action, peu original mais bien construit.
3/6

Le Vélo De Ghislain Lambert aka Ghislain Lambert's Bicycle de Philippe Harel [2001]
Sympathique film un peu poussif, à l’image de son héro, qui baigne dans la nostalgie des années 70.
3,5/6

The Hunger Games aka Hunger Games de Gary Ross [2012]
Bon divertissement même si la partie romance est gentillette. Ce survival futuriste mêle adroitement les ingrédients nécessaires pour garantir un succès commercial. Gary Ross a parfaitement compris l’impératif actuel de son métier : faire un spectacle très accessible pour générer de l’argent facile.
3,7/6

Le Grand Soir aka Not Dead de Benoît Delépine et Gustave Kervern [2012]
Une satyre sociale déprimante, sensible, intéressante mais peu approfondie. On remarquera Brigitte Fontaine dans son rôle de mère atypique, pour sa première apparition au cinéma, en couple avec Areski Belkacem.
3,6/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Lun 5 Nov - 10:56

Le Triporteur aka The Tricyclist de Jack Pinoteau [1957]
Pénible et longue pitrerie n’ayant en commun que très peu de chose avec le roman éponyme de René Fallet. En 1957, les pin-up comme Béatrice Altariba, petite-nièce de Paul Fort et fiancée de Darry Cowl, étaient fort girondes. Le seul réel plaisir que l’on éprouve à voir ou à revoir cette comédie est la nostalgie qu’elle inspire pour une époque moins stressante.
0,2/6

Abraham Lincoln - Vampire Hunter aka Abraham Lincoln - Chasseur De Vampires de Timur Bekmambetov [2012]
Un film d’action vampirique, adapté d'un roman éponyme de Seth Grahame-Smith, au scénario original et aux scènes d’action chorégraphiques. Ce revenge movie renouvelle le thème surexploité des vampires et n’a d’autre prétention que d’offrir un spectacle distractif.
3,8/6

Flesh Wounds aka Mission Commando de Dan Garcia [2011]
Ce remake de Predator version ultime navet est un splendide exemple d’amateurisme cinématographique.
1,1/6

À L'aveugle aka Blind Man de Xavier Palud [2012]
Thriller policier bien construit et parfaitement interprété par Jacques Gamblin et Lambert Wilson qui prévaut surtout par son ambiance sombre.
3,5/6

Moonrise Kingdom de Wes Anderson [2012]
Atypique production au casting étoffé se déroulant dans un monde onirique des années 60. L’originalité de la réalisation n’arrive cependant pas à maintenir un rythme constant dans la narration.
3,5/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Imperturbable, je poste.

Message  Prytwen le Jeu 15 Nov - 9:59

Rampart d’Oren Moverman [2011]
Sur un scénario de James Ellroy, une descente aux enfers décortiquée avec lenteur presque avec morbidité. Woody Harrelson est parfait dans son rôle.
3,2/6

Intouchables d’Éric Toledano et Olivier Nakache [2011]
Le très bon duo d’acteurs sauve cet amalgame de clichés sur les immigrés des cités mais surtout sur l’aristocratie.
3,2/6

Flight Of Fury aka Vol D'enfer de Michael Keusch [2007]
Le couple Michael Keusch et Steven Seagal nous offre un direct-to-video identique a leur production habituelle. Ils ne font vraiment aucun effort pour progresser.
0,5/6

The Watch aka Voisins Du Troisième Type d’Akiva Schaffer [2012]
Comédie assez réussi d’un homme multifonction de l’audiovisuel. Certes c’est basique, souvent graveleux, mais la bonne ambiance générale et Richard Ayoade sauve cette satire sociologique bouffonne des peurs étasuniennes.
3,1/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Han Solo le Ven 16 Nov - 3:22

imperturbables, nous te lisons

Han Solo
Cyclopes, c'est long à fumer

Messages : 92
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Ven 16 Nov - 11:32

Avec abnégation ou par pur désoeuvrement ?

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Han Solo le Sam 17 Nov - 3:58

ni l'un ni l'autre

c'est juste un des rares topic vivant qui parle de cinéma

j'aime bien aussi Le Docteur dans La Lucarne

le problème, c'est qu'une fois qu'on a lu, on n'a rien de spécial à dire, pour montrer qu'on a lu (et apprécié)

Han Solo
Cyclopes, c'est long à fumer

Messages : 92
Date d'inscription : 08/08/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Mecha T. le Sam 17 Nov - 7:01

Si, on peut toujours poster la photo d'une bite.

_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Mecha n'oublie pas la photo.

Message  Prytwen le Mer 21 Nov - 10:36

Dédicacé à Han Solo.

The Samaritan aka Fury de David Weaver [2012]
Œuvrant habituellement pour la télévision, David Weaver raconte une escroquerie pleine de rebondissements. Un manque de travail sur le caractère des personnages et une fin trop mélodramatique nuisent cependant à ce modeste mais plaisant thriller.
3,1

Cyrano De Bergerac de Michael Gordon [1950]
Cette œuvre, fidèle à la pièce de théâtre d’Edmond Rostand, a assez bien supporté les outrages de temps et, malgré tous les défauts inhérents à du théâtre filmé, réussi à faire voltiger le plumet du panache. José Ferrer a reçu l’oscar du Meilleur acteur, en 1951, pour son interprétation du sublime perdant.
3,8

Lightning Strikes aka Paranormal Phenomena de Gary Jones [2009]
Les deux mots clefs du générique de ce film télé : Sify et Kevin Sorbo. Tout est dit.
0,7/6

Gone aka Disparue d’Heitor Dhalia [2012]
Ce réalisateur brésilien nous offre, pour sa première expérience américaine, un thriller au rythme soutenu et sans surprise. Le scénario trop classique ne tient que par de grosses ficelles mais l’attention du spectateur mâle est continuellement soutenue par la présence aguichante d’Amanda Seyfried.
3/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Ven 30 Nov - 11:23

Bunohan aka Return To Murder de Dain Said [2011]
Une histoire rendue complexe par l’obscure volonté de ce réalisateur et scénariste malais qui mêle réel et imaginaire, kick boxer, assassin et homme d’affaires véreux pour nous révéler un message confus. Il faut bien prendre en compte également que ce film a été doté d’un budget de 1 500 00 ringgits soit 377 919,43 euros.
1,5/6

Zhui Ying aka Tracing Shadow aka Flying Shadow de Francis Ng et Marco Mak [2009]
Ce film délirant, réalisé par deux piliers du cinéma chinois et produit par la Huayi Brothers, laisse quelque peu interdit. Un scénario famélique et décousu mêle combats irréels et comique douteux au sein d’une agitation frénétique.
1,2/6

Shin-Gi-Jeon aka Shin Ge Jeon aka The Divine Weapon aka Les Foudres De Dieu d’Yoo-Jin Kim [2008]
Un film sud-coréen historique et pyrotechnique qui manque de fluidité dans le montage. De belles scènes de combat, un peu d’amour sirupeux et de bons sentiments patriotiques vous laissent benoitement visionner ce divertissement simpliste.
2/6

Lawless aka Des Hommes Sans Loi de John Hillcoat [2012]
Adapté du roman de Matt Bondurant intitulé Wettest County In The World, ce récit violent de la prohibition dans le comté de Franklin en Virginie reste dans la lignée classique du film de gangsters. Son interprétation soignée et sa réalisation de bonne facture en font un agréable moment de cinéma.
3,8/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Mar 11 Déc - 7:04

La Guerre Des Boutons aka War Of The Buttons d’Yann Samuell [2011]
Une comédie sympathique mais qui manque de saveur. Après la qualité du roman de Louis Pergaud et du film tourné par Yves Robert, il fallait viser plus haut pour ne pas décevoir.
3,1/6

La Nouvelle Guerre Des Boutons aka War Of The Buttons de Christophe Barratier [2011]
Une réalisation compassée dans un décor de terroir français pour touristes avec une cruelle absence de créativité.
1,6/6

The Expendables 2 aka Expendables 2 - Unité Spéciale de Simon West [2012]
Un baroud nostalgique mythique mais qui ne deviendra pas légendaire.
3,2/6

Safe House aka Sécurité Rapprochée de Daniel Espinosa [2012]
Fusillades et cascades à la Central Intelligence Agency. Un film d’espionnage nerveux et calibré.
3,1/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Mar 18 Déc - 10:47

John Carter aka John Carter Of Mars d’Andrew Stanton [2012]
Honnête distraction pour tout âge inspiré du premier volume du Cycle de Mars, intitulé La Princesse de Mars, du grand Edgar Rice Burroughs. Bénéficiant d’un travail infographique de grande qualité, cette aventure mouvementée ravive nos rêves de jeunesse sans vouloir chercher à faire plus.
3,2/6

Mirror Mirror aka Blanche Neige de Tarsem Singh Dhandwar [2012]
Cela ressemble à une ennuyeuse contrefaçon d’un film de Terry Gilliam. Le coté outrageusement kitsch, et même bollywoodien pour la scène finale, ne donne pas un ton décalé mais simplement grotesque à cette réalisation manifestement purement commerciale. Les énormes moyens et la palette d’acteurs utilisés font figure de gâchis cinématographique.
0,8/6

The Baytown Outlaws de Barry Battles [2012]
Un film redneck à la Tarantino, doté d’une bonne B.O., au fond un peu faible mais au rythme sans faille. Le choix et la direction des acteurs sont soignés. Un premier film des plus intéressants pour la carrière débutante de Barry Battles.
4/6

The Expatriate de Philipp Stölzl [2012]
Film sans envergure : réalisation plate, scénario sans surprise et banal, personnages caricaturaux. Un direct-to-video pour passer le temps.
0,9/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Mer 26 Déc - 10:40

X-Men Origins – Wolverine de Gavin Hood [2009]
Spin-off de la saga X-men avec son lot d’actions, de combats et d’effets spéciaux mais sans trame réellement solide. Quelques beaux plans et trop de musique tonitruante.
3,2/6

Total Recall aka Total Recall - Mémoires Programmées de Len Wiseman [2012]
Un grand spectacle qui vous tient en haleine par son rythme soutenu d’après la nouvelle écrite en 1966 par Philip K. Dick intitulée We Can Remember it for You Wholesale. Tonitruant, comme le veut trop souvent l’époque actuelle, ce remake a perdu l’âme et l’atmosphère de l’original. Paul Verhoeven a réalisé une référence cinématographique en 1990, Len Wiseman un divertissement aseptisé.
3,3/6

Boogeyman aka La Légende De Boogeyman de Jeffery Lando [2012]
On se demande passablement d’où vient le titre de ce téléfilm, produit par UFO et distribué par Syfy, qui n’a qu’un très vague rapport avec le personnage maléfique du scénario de David Reed. C’est un peu plus regardable (juste un tout petit peu) que la majorité de ce genre de produit pour la télévision américaine.
0,8/6

Twin Daggers aka Twin Dagger - Fire Girls de Kuen-Hou Chen [2008]
Direct-to-video chinois et, à ma connaissance, seul travail cinématographique de ce réalisateur qui ne possède aucun point positif. A la limite, le dénouement de l’intrigue surnage dans cet océan de médiocrité.
0,4/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Prytwen le Jeu 3 Jan - 10:24

Livide aka Livid de Julien Maury et Alexandre Bustillo [2011]
Ce deuxième film zarbi-gore des réalisateurs de A L’intérieur est un conte horrifique cruel et baroque qui ne prend sont essor que bien trop tardivement. Le manque de maîtrise de l’ensemble nuit fortement à l’attention que le spectateur peut porter à cette tâche poussive qui ne contribue que fort modestement à la nouvelle vague d’horreur française. Les deux micro-apparitions muettes de Béatrice Dalle et la présence de la danseuse Marie-Claude Pietragalla n’apportent que bien peu de plus-value.
2/6

Butter de Jim Field Smith [2011]
Une comédie américano-américaine lobotomisante. Olivia Wilde, comme d’habitude, y est magnifique.
1/6

The Divide de Xavier Gens [2011]
Film post-apocalyptique qui dans un huis-clos glauque nous plonge dans une ambiance pesante et malsaine. Le scénario de Karl Mueller et Eron Sheean ne donne pas de véritables explications à la situation mais se concentre sur l’évolution des personnages. Ce long métrage a clôturé le Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2012.
3,7

Bermuda-Dreieck Nordsee aka Le Triangle De L'apocalypse de Nick Lyon [2011]
Un téléfilm catastrophe écologiste allemand qui peut, à la limite, faire vibrer un fan de l’inspecteur Derrick.
0,5/6

Prytwen
Gorgone Zola

Messages : 900
Date d'inscription : 30/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Mecha T. le Jeu 3 Jan - 15:57

Si un fan de l'inspecteur Derrick vibre, c'est qu'il a un problème avec son pacemaker.

_________________
avatar
Mecha T.
Gorgone Zola

Messages : 713
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 34
Localisation : Kamurochō

Revenir en haut Aller en bas

Derrick ola!

Message  Le Docteur le Ven 4 Jan - 14:32

Prytwen a écrit:
The Divide de Xavier Gens [2011]
Ce long métrage a clôturé le Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2012.

C'est pas ça qui donnera envie aux gens d'y aller.

_________________
avatar
Le Docteur
Gorgone Zola

Messages : 939
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 36
Localisation : L'université de l'Invisible

Revenir en haut Aller en bas

Re: Méli-mélo de vos derniers visionnages

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 11 sur 14 Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: 7ème Art :: Cinéma

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum